Vendredi 18 mars 2016

Publié le par Cheyenne Battelier

  Je  suis  arrivée  en  retard  ce  matin  en  math. Tony  m’a  retardé  devant  l’école  avec  son histoire  de  sortie  à  deux  balles. 
   En  allemand, le  pire  était  à  craindre. Comme  toujours, je  suis  au  fond, SEULE. Victor faisait  le  con  devant, comme  souvent, essayant  de  faire  des  paniers  dans  la  poubelle avec  ses  vieilles  copies  d‘examen. J’étais  en  train  de  rêver  jusqu’à  ce  que  Mme  Truc  se retourne. 
     -  Speranza ! Allez  donc  au  fond, tenir  compagnie  à  votre  camarade  Gralier.
  Je  me  suis  redressée  d’un  cou  sur  mon  siège. 
     -  Vous  rigolez  madame ?!
  Elle  me  regarde, pas  très  amusée. 
Il  a  ramassé  ses  affaires  et  il  est  venu  les  lâchés  à  côté  de  moi. 
     -  Putain, c’est  pas  le  pied !
     -  Pas  de  gros  mots  en  classe, merci  de  rester  polie.
  Je  soupire  et  croise  les  bras. Il  s’est  assis, j’ai  écarté  ma  chaise  vers  le  mur. Je pourrais, je  passerais  par  la  fenêtre. Il  a  croisé  les  bras  et  s’est  écrasé  sur  sa  chaise. J’ai  essayé  de  ne  pas  faire  attention  à  lui  mais…l’aimant  n’aide  pas. Nos  coudes  se touchent  presque. 
  Pendant  tout  le  reste  du  cours, je  n’ai  cessé  d’essayer  de  me  contrôler  mais  je  ne voulais  qu’une  seule  chose : soit  le  tuer, soit  lui  sauter  dessus  et  l’embrasser. 
  La  sonnerie  a  retenti, tous  se  sont  précipités  dehors. Moi, je  n’ai  pas  bougé. Tout comme lui. 
     -  Bon, vous  bougez  de  là  vous  deux  ou  non ? Demanda  la  prof.
  Je  n’ai  rien  répondu, lui  de  même. Elle  a  levé  les  yeux  au  ciel  et  elle  est  partie. J’ai attendu  un  moment. C’est  stressant. Je  me  suis  levée  bousculant  la  table  et  faisant tomber  nos  affaires  par-terre. Il  n’a  pas  bougé, levant  juste  les  yeux  vers  moi, étonné…enfin, je  ne  sais  pas  trop, je  dirais  plus, amusé. 
     -  Alors  comme  ça, je  ressemble  à  une  fille  du  bois  de  Boulogne. C’est  gentil, merci.
  Je  suis  passée  derrière  lui  pour  passer  à  son  côté  droit. Il  a  reposé  ses  yeux  sur moi. 
     -  Toi  aussi  tes  défaut  sont  énormes. Tout  le  monde  se  demandent  ce  que  tu  as  dans le  crâne. Moi, je  réponds  que  tu  n’as  rien  et  j’ai  raison. Tu  n’as  rien  dans  le  crâne !
  Il  s’est  enfin  levé. D’un  coup, mon  envie  de  lui  sauter  dessus  se  fit  ressentir. Il  m’a attrapé  par  la  taille  et  m’a  embrassé. J’ai  passé  mes  mains  sous  son  t-shirt, plantant mes doigts  dans  sa  peau. Il  m’a  posé  sur  la  table  derrière  moi. Je  pense  qu’il  pourrait, il m’arracherait  ce  t-shirt  et  tout  le  reste.
     -  On  passe  notre  temps  à  nous  balancer  de  la  merde…
  Ses  lèvres  sur  mon  cou  m’a  stoppé, me  faisant  frissonner  de  plaisir. 
     -  Je  te  déteste  mais  pas  ton  corps. Souffla-t-il.
  Ah  oui ?!
     -  Je  ne  suis  pas  une  pute.
     -  Heureusement, je  n’ai  pas  d’argent.
  Je  l’ai  embrassé. Tout  compte  fait, je  préfère  quand  il  m’embrasse. 
Des  pas  dans  le  couloirs  ont  attiré  mon  attention. Je  l’ai  poussé, j’ai  fais  une  roulade  en arrière  pour  atterrir  par  terre  sur  mes  jambes, de  l’autre  côté  de  la  table. Ce  n’était qu’un prof. Je  soupire  de  soulagement. Qu’aurais-je  pus  dire  sinon ? Je  suis  retournée  à  ma table  pour  ramasser  et  ranger  mes  affaires  dans  mon  sac. J’allais  partir  quand  il  m’en  a empêché. Je  l’ai  regardé  méchamment. Le  sien, par  contre, avait  changé.
     -  Je  ne  sais  pas  trop  pourquoi  tu  me  haïs  à  ce  point  mais  tu  ne  crois  pas  qu’on devrait…arrêter ?
  Je  fronce  les  sourcils  et  plisse  les  yeux. Il  a  de  ces  yeux  bleus, c’est  incroyable. 
     -  Tu  sais, samedi  soir, je  n’ai  pas  toujours  été  le  meneur.
  Il  a  approché  son  visage  du  mien. 
     -  Tu  n’es  pas  une  pute. Tu  es  bien  trop  sensuelle, trop  tendre  et  surtout  trop attachante  pour  être  cela.
  Il  m’a  embrassé  mais  cette  fois-ci, il  n’était  pas  pareil. Il  était… sincère…doux, tendre  et sensuel. 
Il  m’a  lâché. Je  suis  partie, gênée. 

  J’ai  passé  l’après-midi  à  éviter  Victor, ce  qui  a  été  assez  réussi. 
     -  T’es  nulle.
  J’étais  dans  la  cour, à  17h30  passé. Il  n’y  avait  plus  personne  à  l’école  et  je  chantais   « Coming  home »  de  Diddy, Dirty  Money  et  Skylar  Grey  avec  Tony. Il  chante  bien  lui  aussi. 
Je  le  regarde. J’aime  bien  chanter  quand  je  suis  avec  lui. Depuis  le  temps  qu’on  se connait, cela  ne  me  gêne  plus. Je  me  suis  mise  à  chanter  « Je  sais »  de  Shy’m…avec la  chorée. De  plus, les  paroles  allaient  bien  avec  notre  « cas ». J’ai  des  fois  envie  d’être une  star  mais…je  ne  tiendrais  pas  longtemps. Il  s’est  approché. Il  a  attrapé  ma  main  et m’a  tiré. Il  m’a  ensuite  fait  tourner  sur  moi-même  pour  m’attraper  dans  ses  bras.
     -  Non, je  ne  suis  pas  nulle.
  Je  l’ai  poussé. Je  sais  jouer  les  irrésistibles. Je  sais  jouer  les  félines  mais  je  ne  le  fais pas  souvent. 
     -  Je  me  demande, en  te  voyant  ainsi, comment  tu  serais  au  lit.
  J’ai  ris  à  cette…pensée. 
     -  Ne  te  fais  pas  d’idée  tordue, s’il  te  plait.
  J’ai  attrapé  mon  sac  et  suis  partie. Il  m’a  suivis. Nous  sommes  descendus  à  l’arrêt  de bus  de  la  Cathédrale. Je  regarde  toujours  cet  édifice  qui  me  fout  les  jetons. Je  ne  peux pas  m’en  empêcher. 
  Je  suis  rentrée  chez  moi  faire  mes  devoirs, manger  puis  je  suis  allée  m’enfermer  dans ma  chambre  pour  toute  la  soirée. J’ai  surfé  sur  le  net  un  peu  avant  d’entendre  du  bruit. On  lançait  des  cailloux  à  ma  fenêtre, restée  ouverte. Je  me  suis  levée, attrapant  mon poignard  au  cas  où. J’ouvre  et…
     -  Excusez-moi  de  cette  intrusion.
  Comment  est-il  monté ?
     -  Je  suis  un  vampire, rien  ne  me  fais  peur.
  Il  me  sourit. Ses  canines  sont…comme  les  nôtres, ce  n’est  donc  pas  un  jeune  vampire. Ses  yeux  montraient  qu’il  avait  été  nourri. 
Oui, si  leurs  yeux  sont  foncés, cela  nous  informe  qu’il  n’est  pas  nourri  et  qu’il  faut  faire attention. S'ils  sont  clairs, on  ne  risque  rien.
  Il  est  vraiment  mignon  ce  vampire  et…civiliser…enfin, qu’à  moitié. 
     -  Fermez  la  fenêtre, vous  allez  attraper  froid.
  Je   me  suis  exécutée. Il  a  regardé  autour  de  lui. 
     -  C’est  charmant  ici.
  Il  pose  son  regard  dans  le  mien. Que  veut-il ? Je  ne  le  connais  même  pas  en  plus. 
     -  Je  suis  venue  pour…me  présenter. Étant  donné  que  la  dernière  fois  vous  étiez  en danger, je  n’ai  pas  pris  le  temps  de  me  présenter  mieux  que  cela.
  Il  s’incline (il  me  fait  trop  pensé  à  un  homme  du… 18e).
     -  Je  m’appelle  Aubin  De  Weatherly. Je  suis  un  vampire  de  quatre  cent  trente-quatre ans. Je  suis  né  à  Nantes  le  20  juin  1557.
  La  vache !! Même  mes  baskets  ne  sont  pas  aussi  vieille ! (je  rigole). 
     -  Je  sais, c’est  beaucoup.
     -  Plus  que  beaucoup !
  Il  sourit, amusé. Tout  compte  fait, je  pense  qu’on  va  bien  s’entendre  ensemble. Je  me suis  assise  sur  le  rebord  de  mon  lit. Il  a  fait  de  même. Nous  nous  sommes  regardé. 
     -  Tu  t’y  connais  bien  en  vampire ? Demanda-t-il.
  Il  s’intéresse  à  moi ! C’est  bizarre. 
     -  Bof. Un  jour, l’un  d’eux  m’a  dis  avant  de  mourir  que  je  ne  les  connaissais  pas assez  et  que, même  tous  les  livres  du  monde, ne  m’aideraient  pas  à  vous  connaître.
  Il  sourit  et  quitte  son  long  manteau  noir. Il  l’a  posé  sur  ma  valise  vide. Il  avait  un  tshirt noir  à  manche  longue  avec  un  petit  col  roulé. 
Pour  une  fois  que  l’un  de  ces  idiots  n’est  pas  si  idiot.
  Je  sourie. 
     -  Il  n’a  pas  tord. Ce  qui  m’intrigue, c’est  de  savoir  que  vous  avez  un  don  très  rare.
     -  Comment  le  savez-vous ?
  Il  me  regarde  dans  les  yeux. 
     -  Je  lis  dans  les  pensées.
  D’un  coup, j’ai  fermé  mes  pensées. Un  réflexe  que   j’ai  quand  un  fantôme  vient  me voir. 
     -  Eh  bein. C’est  ce  qu’on  appelle  fermer  ses  pensées.
     -  Oui, un  vieux  réflexe.
  Il  est  vraiment, irrésistiblement  séduisant. Il  a  un  petit  côté  Léonardo  DiCaprio. Il  s’est penché  vers  moi. J’ai  reculé  la  tête. Non  mais…il  croit  quoi  là ?! Que  je  vais  me  laisser faire. 
     -  Pas  très  facile.
     -  Je  ne  me  laisse  pas  faire  par  des  inconnus.
  Il  sourit  de  plus  belle. 
     -  Vous  êtes  une  humaine  très  particulière. Beaucoup  de  garçons s’arracheraient  le cœur  pour  vous  avoir. Je  ne  vous  connais  pas  assez  pour  être  du  même  avis qu’eux mais  ce  n’est  pas  tardé. 
     -  Comme  si  j’allais  vous  laisser  fouiner  dans  ma  vie. Vous  pouvez  toujours  rêver.
  Il  a  passé  sa  main  sur  ma  joue. Sa  main  est...glacée. C'est  vraiment  un  vampire. J'ai sentis  en  moi  une  grande  envie  de...le  réchauffer. Mais bon, il  ne  pourra  jamais  être chaud. 
Je  me  suis  tout  compte  fait  redresser. Nos  lèvres  étaient  proches  mais  un  petit  espace les  séparés. 
     -  Vous  croyez ? Demanda-t-il.
     -  Oui, j'y  crois.
  Il  ne  s'est  pas  gêné. Il  a  posé  ses  lèvres  sur  les  miennes. Elles  sont  douces  mais  si froides. On  dirait  le  baiser  de  la  mort. Ses  mains  sur  mes  hanches  m'ont  glacé. Sans vraiment  m'en  rendre  compte, ce  fut  le  trou  noir  dans  ma  tête...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article